20 Rue du Bois 80300 ENGLEBELMER - Tel. / Fax : 03 22 76 51 47 - Mobile : 06 82 65 48 80 / 06 85 46 68 30
accueilPrésentationNuisances & conséquencesInterventionsMauvaises pratiquesHistoire de moineauxcontact
A votre service

Pour tout autre problème lié aux oiseaux, n’hésitez pas à nous contacter et nous essayerons de vous trouver une solution en accord avec les lois de protection de la nature afin de vous orienter au mieux dans une résolution éco-responsable.
Nos connaissances ornithologique et naturaliste vous serons d’un grand soutient.

Histoire de moineaux

 

Le Moineau domestique / Passer domesticus (pour les intimes) appartient à l’ordre des Passériformes et à la famille des Passéridés. Bien que connu de tous, beaucoup ignore que l’espèce est protégée par l’Arrêté du 29 octobre 2009 fixant la liste des oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection NOR: DEVN0914202A. Vu la directive du Conseil 79/409 CEE du 2 avril 1979 concernant la conservation des oiseaux sauvages.

Notre ami Passer domesticus est bien connu de tous car présent près de l’homme depuis des centaines d’années. Originaire d’Asie, il est étroite lié aux activités de l’homme et nous accompagne dans nos transhumance et nos déplacements depuis des siècles. C’est l’espèce de notre avifaune la plus commensale de l’homme.
En France, sa distribution traduit bien l’anthropophilie de l’espèce qui est notée dans la littérature ornithologique sur la quasi totalité du territoire continentale.
Au niveau démographique, sa population reste stable même avec quelques déclins dus aux changements intervenus dans l'agriculture, le moineau domestique est commun et largement répandu.
Le moineau domestique est sédentaire et ne migre pas ; en automne, il erre en bandesdans la région. Il se nourrit principalement sur le sol à la recherche de graines, se nourrit aussi dans les arbres et les broussailles, dans les zones urbaines ou rurales. Il capture des insectes en vol après une poursuite aérienne.
Dans les grands magasins, les bâtiments, les usines…le moineau domestique devient un omnivore opportuniste se nourrissant de ce qu’il trouve, miettes de pain dans les ateliers boulangerie, riz, pattes, farines, salades mais aussi de viandes comme le poulet, la viande bovine, les steaks hachés, ou encore le fromage AOC de Lozère…
Le moineau domestique est très grégaire tout au long de l'année, formant de grands groupes en automne et en hiver. Ils nichent en colonies de plusieurs couples sous un même toit de tuiles ou dans des creux et des trous. 
Ils dorment dans des dortoirs communs, et peuvent se rassembler à plusieurs centaines d'oiseaux, serrés les uns contre les autres, formant un groupe bruyant. 
La parade nuptiale est spectaculaire. Plusieurs mâles crient autour d'une seule femelle et finissent souvent en bataille entre mâles. Ils sont monogames pour une saison.
C’est le mâle qui trouve l’emplacement du nid et le défend en poussant de grand cri.
Dans la nature, au mois de mars, le moineau domestique construit son nid dans les endroits les plus variés, à hauteur respectable, dans une cavité. Son nid (formé de paille, de feuilles, de laine, etc...) est construit dans la moindre anfractuosité. Dans les bâtiments, il est une nouvelle fois opportuniste dans la construction de son nid, faute de paille et de feuille, c’est le plastique, les débris d’emballage ou encore les ficelles des sacs poubelles qui font l’affaire.
La femelle pond de 3 à 8 oeufs (22 mm X 15 mm) que les deux parents couvent durant 13 à 14 jours.
A 17 jours, les petits sont déjà capables de quitter le nid. Peu après, les parents nichent une nouvelle fois et ainsi quatre fois de suite.
Dans les bâtiments, il niche tout autant mais le nombre de jeunes à l’envole est assez faible cela certainement dû à la faible teneur en protéine de l’alimentation des jeunes au nid.

Certaine site change d’enseigne mais les moineaux restent au fil du temps avec certains magasin qui avaient des oiseaux depuis près de 30 ans…